Guinée : L’ancienne perle de l’Afrique de l’ouest peut revendiquer la palme d’or de la saleté ( Par Ibrahim kalil DIALLO )

132

Décidément la question des ordures est une équation à plusieurs inconnus pour les autorités guinéennes.  Conakry est sale on le sait. Tout le monde s’indigne. Mais jusque là pas de solution.  Et pourtant, les mesures il y en a eu. Peut être il en aura encore. Malgré tout, les réalités restent les mêmes.

Dans les quartiers, nos marchés, sur la chaussée, et parfois même dans nos maisons. Elles sont là. Ces ordures sont devenues nos compagnons partout. On dira que c’est nous qui les produisons.C’est vrai. Rien d’étonnant donc de les voir à nos cotés. Et pourtant, ça ne devait pas être le cas.

Face à la persistance de cette situation, il y a lieu de se poser la question. A quand la fin de cette triste réalité ?

Que faut-il faire?

Surtout en cette saison des pluies qui drainent ces ordures jusque dans concessions! En tout cas, la solution magique n’est pas pour maintenant.

Le gouvernement est allé jusqu’à créer un département chargé de l’assainissement.

Ah oui, c’est trop fort. En tout cas les ordures nous tiennent tête. En attendant de voir les premiers pas du Ministre Papa Koly Kourouma, il y a lieu de l’avertir.

D’abord, les actions sporadiques ne payent pas. Les ordures bloquent nos routes.

Ça il doit le savoir. Il doit aussi se rappeler que les ordures ont tué des guinéens.

Que les citoyens aussi ont besoin d’être sensibilisé et même contraint au civisme.

Le chantier est grand, le défi aussi. Mais ce n’est pas de la mer à boire. Il suffit d’avoir les idées et les moyens

Lutter contre les ordures à Conakry, c’est aussi reconquérir un titre, un prestige, qu’on a perdu.

La perle de l’Afrique de l’ouest est un lointain souvenir. Reconquérir une telle place est plus qu’un défi, c’est une question de fierté.

Une fierté si cher aux Guinéens. Cela passe forcément par un sursaut d’orgueil. Se remettre en cause.

Aux autorités d’élaborer une politique saine et appropriée pour la gestion des ordures. Il faut surtout éviter des actions ponctuelles et populistes.

On en a connu et ça n’a rien donné. Absolument rien. Si ce n’ai qu’un spectacle de désolation.

Au point que même notre aéroport est ceinturé par des montagnes d’ordures. Premier élément qui frappe tout de suite la conscience du visiteur.

Nous devons en avoir honte. Les ordures obstruent la circulation, envahissent nos concessions, tuent nos concitoyens, c’est ça la vérité.

Et que nous réserve cette autre saison pluvieuse ?

Puisque jusque là, aucune action phare n’est encore visible sur le terrain. On va encore attendre que la situation pourrissent pour faire semblant d’agir.

Et c’est tout simplement dommage.

 

 

Ibrahim Kalil DIALLO

00224 662 31 31 34

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here