Formation professionnelle : Un institut au secours des jeunes Africains !

95

L’école supérieure des sciences et technologies de l’ingénierie de rabat-Maroc est une école d’ingénieurs privée située à rabat-Maroc. Fondée par des professionnels de l’entreprise et de l’enseignement supérieur, elle  a pour objectif, former des profils opérationnels qui répondent aux besoins  du marché de travail. Au cours d’une interview accordée ce jeudi à un Journaliste de notre rédaction, Monsieur Elvis Delor chargé du développement afric pour  l’ESSTI est revenu sur les différentes formations offertes par cet institut.

Pour lui, il y’a un besoin de formation parce que le constat révèle que  beaucoup  ne savent pas qu’est-ce que le métier de l’ingénierie d’où l’objet de sa présence en guinée.

« L’ingénierie, un ingénieur son rôle c’est de résoudre les problèmes d’ordre technologique quelque soit le domaine de l’activité où il se trouve. On peut trouver un ingénieur dans l’armée , dans les finances et dans le domaine informatique ainsi de suite. » a-t-il entamé

L’ingénierie dispose un certain nombre de spécialités qui sont enseignées dans l’ESSTI, qui sont incontournable , et qui sont en conformité avec le standard international.

Il s’agit de  Génie Civile qui concerne les grands traveaux, construction des routes, batiments. Il y’a aussi le  Génie informatique  qui concerne la cyber sécurité qui est devenu une demande internationale ajoute Monsieur Elvis.

Pour devenir ingénieur à l’ESSTI c’est très simple.

« L’admission au parcours ingénieur à l’ESSTI se fait sur une étude de dossier du candidat, un entretien de motivation. Avoir le relevé de notes 1ère et 2ème année du baccalauréat, copie du baccalauréat , carte d’identité ou passeport entre autre. » a expliqué Monsieur Elvis

Et ce n’est pas tout, l’ESSTI offre l’opportunité à ses étudiants après trois (3) ans de formation au Maroc de poursuivre ses études les deux (2) dernières années dans des grandes universités partenaire  en France. Notamment l’école des arts et métiers de Paris l’ ECAM.

L’Institut offre à ses étudiants l’opportunité de faire le stage dès la première année de formation jusqu’à la fin du cycle universitaire.

« Je ne dis pas qu’on va servir un emploi sur un plateau d’or aux étudiants qui  sortent de  notre école, mais les conditions même d’étude leur permettent rapidement. Parce que de la première à la 5ème année ils font des stages, on les forme aussi en technique de recherche d’emploi etc…»  précise t-il

Enfin, Monsieur Elvis Delor est revenu sur le coup financier de l’inscription qui est fixé à deux cent (200)  euro et quatre mille (4000) euro par année.

 

 

 

Amadou Diouldé Diallo pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82