Présidentielle de 2020: Aliou Bah craint une transition en guinée

247

Beaucoup d’observateurs de la chaîne politique guinéenne craignent un glissement de calendrier électoral qui pourrait empêcher la tenue de l’élection présidentielle à la date indiquée. Interrogé sur ce sujet au cours d’une sortie médiatique ce lundi, Aliou Bah a déclaré qu’un glissement de calendrier pour les législatives, entretiendra un risque pour les présidentielles. Parce que selon lui, si on ne tient pas les législatives à date nous aurons un président de la république illégitime et illégale.

« C’est ce qui a favorisé l’arrivée de la junte au pouvoir en 2008 c’est parce que y avait un vide qui est là,  l’Assemblée nationale à l’époque n’était plus légitime, le mandat des députés était arrivé à l’expiration, y avait un président malade le pouvoir était pratiquement dans la rue. » Se souvient t-il

«  La transition n’est pas loin derrière nous, on ne souhaite pas une transition moi je ne souhaite pas que l’armée s’immiscent dans les affaires politiques, mais la réalité m’oblige aussi d’admettre que y’a   des nostalgiques de la transition. Il y’a des gens qui ont bénéficié de certains avantages de la transition qu’ils ont perdu, qui veulent toujours se repositionner. »

Pour Aliou Bah,  c’est l’échec des hommes politiques  qui emmène l’armée à prendre le pouvoir.

« Faire glisser nos calendriers nous emmène à nous exposé d’avantage. Alors il est important qu’on respect rigoureusement nos calendriers au-delà 2020 s’annonce non comme une élection en tant que telle mais  comme une année charnière, parce que ça sera le passage en main d’une génération vers une autre. Ce qui fait que travailler à ce que les législatives se tiennent à date doit-être une priorité. » Poursuit-il

Pour Aliou Bah y’a pas de débat sur un autre mandat pour Alpha Condé au-delà de celui que la constitution autorise.

« Toute tentative de modification de la constitution  pour que Alpha Condé puisse briguer un troisième mandat doit-être considéré comme un coût d’État. La constitution c’est le coran et la bible de la république, il a prêté serment de respecter cette constitution il n’est pas question de faire des manœuvres pour tenter un quelconque autre mandat. Les Guinéens doivent considérer que ceux qui sont à la manœuvre qui vont promouvoir cette idée comme des gens qui font atteinte à l’État et doivent être considéré comme telle.  » Conclut-il.

 

 

 

Amadou Diouldé Diallo pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82