PAC : Un proche de Alpha condé très remonté contre les deux directrices du port… !

61

Le ministre conseiller personnel du président de la république a réagit ce jeudi sur l’affaire du port autonome de Conakry. Pour le ministre de l’industrie et des PME, quand il s’agit  des contrats et des marchés publics, il se pose juste deux questions d’usages.

« Est-ce que ça été fait comme ça doit se faire, est-ce que le pays y trouve son compte.  Lorsque j’ai les réponses à ces deux questions, je me fais une conviction. » Explique t-il.

Selon Tibou Kamara, des actions sont en préparation,  pour mieux éclairer l’opinion sur certains sujets liés au port qui suscitent des interrogations.

« Il y’a une réponse qui est en voie de préparation pour expliquer tout ce qui n’est pas compris par l’opinion. » Poursuit-il.

Toute fois, il reconnait que la dernière sortie des deux directrices du port autonome de Conakry a rajoutée une confusion à la confusion.

« Cela ne permet pas une sérénité sur la question, ni la manifestation de la vérité surtout dans un contexte de polémique qui est en cours. » Renchérit-il.

Poursuivant, le ministre Tibou a fait remarquer que y’a beaucoup d’explications à différents niveaux qui ne permettent  pas à l’opinion de saisir la véracité des choses dans le contrat du port.

C’est pourquoi il a invité le gouvernement guinéen  à travers le ministre de tutelle à  communiquer largement.

« Moi-même je suis membre du gouvernement, mais quand j’entends les gens et les autres, pourtant il s’agit du même contrat, les sons de cloches sont tellement différents. Une vérité qui est simple n’arrive pas à être dite , ou n’arrive pas à être comprise. Peut-être y’a un déficit de communication ou une compréhension totale du contrat qui suscitent la passion autour. » Estime le ministre.

Le conseiller personnel du chef de l’État partage l’idée selon laquelle, les deux directrices du port ont fait preuve d’incompétence à travers le spectacle enregistré devant les syndicats du port.

« Encore une  fois lorsqu’on n’est pas convaincu, il faut pas être engagé à l’espace public. Parce que pour être convainquent il faut être soi-même convaincu. Or, on n’a pas vu jusqu’à présent des gens convaincus pour être convainquant sur ce contrat. » Conclut-il.

 

 

 

 

Amadou Diouldé Diallo pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82