Ousmane Gaoual Diallo : « L’opposition devrait changer de stratégie pour mettre sur la table le départ inconditionnel d’Alpha Condé. »

1679

La situation que traverse la ville de Boké ces derniers temps préoccupe les acteurs politiques du Pays dans leur majorité. Cette ville minière est devenue un foyer de tension où le plus souvent des jeunes en colère ne cessent de réclamer soit l’électricité ou Emploi. En témoigne encore depuis la soirée de lundi dernier, cette ville enregistre une autre crise liée à la manifestation contre le manque du courant électrique.

 

Une situation jugée inacceptable par certains acteurs de la vie politiques guinéenne. C’est le cas par exemple, du député Ousmane Gaoual Diallo de l’UFDG.

Toutefois, pour lui cette situation est le reflet d’une mauvaise image que la guinée a affichée depuis l’arrivée d’Alpha Condé aux affaires.

Il l’a fait savoir ce mardi 12 septembre 2017 au cours d’une sortie médiatique.

« Boké est aujourd’hui la synthèse de ce que la guinée vie, un pays qui a un potentiel assez important mais qui subit l’éventration de ces ressources naturelles par une petite élite tournée et formée au tour du chef de l’État et de sa famille. Je comprends l’amertume qui anime la jeunesse de Boké et je souhaiterais d’ailleurs que cette amertume contamine tout le peuple de guinée. Quand on voit comment la terre est éventré à Siguiri comment est-ce qu’on puise des richesses sans qu’il y ait l’électricité, sans goudron, sans infrastructure scolaire, on est en droit de dire franchement il est temps que la jeunesse Guinéenne s’assume et elle se révolte partout pour exiger de ceux qui gouvernent un peu de progrès, un peu de développement un peu de scolarité bref, les besoins de base qu’ils doivent satisfaire pour une population depuis très longtemps priver de bonheur »  a laisser entendre Ousmane Gaoual Diallo.

Parlant de la session des lois qui a pris fin ce mardi à l’Assemblée nationale concernant la loi de finance rectificative, le député uninominal de l’UFDG révèle.

« Cette session extraordinaire consacrée à la loi de finance rectificative n’avait pas sa raison d’être.  Le seul objectif qui était recherché par le gouvernement d’Alpha Condé, c’était d’avoir un cutis pour cette convention de Djandjan. Sur le plan financier, lorsque le gouvernement dit qu’il n’a pas 700 milliards pour combler le GAP,  et que la CENI fait peur en conjoncture en nous faisant un calendrier de 120 jours sachant bien qu’on peut même aller  au-delà de ça. On voit bien qu’il y’a une parfaite synchronisation entre une CENI décriée et un gouvernement qui n’a pas la bonne fois. C’est pour ça que moi je dis l’opposition guinéenne devrait changer de stratégie pour mettre sur la table le départ inconditionnel d’Alpha Condé de la gouvernance de ce pays par tous les moyens et le plus rapidement que possible. Parce que cet homme est finalement interminable à la démocratie, interminable à la bonne parole interminable au respect des accords politiques. Il faut donc clairement que l’opposition mette son départ sur la table. Parce que on restera ici 100 ans la CENI n’organisera jamais de l’élection et lorsqu’elle sera organisée ce sera juste au profit de son parti et de son clan » a conclu le député uninominal de Gaoual.

 

 

Amadou Diouldé Diallo pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82