Mr les députés, l’alcool a déjà fait trop de victimes dans les rangs de la jeunesse guinéenne ! ( Par Ibrahim kalil DIALLO)

269

L’Assemblée nationale seule institution habilitée selon la constitution, à voter des lois, commence à  »chauffer le cœur du peuple de Guinée.  Un peuple au nom duquel ces hommes et femmes continuent d’agir pour nous fabriquer des lois contraire à la sociologie du milieu.

Au lieu de se limiter à bouffer illégitimement notre argent, ils ont tendance à abuser de notre largesse.

Le dernier coup de brèche, c’est l’autorisation de la ratification d’une convention pour l’installation d’une nouvelle société de fabrication de boisson alcoolisée et non alcoolisée.

Une autre brasserie de trop pour une société à 80% musulmane avec une communauté chrétienne non négligeable.

Deux religions monothéistes qui proscrivent l’alcool.

Pour qui travaillent finalement ces députés ?

Pas en tout cas pour les Guinéens.

Car, les Guinéens n’ont pas besoin d’une autre société de fabrication d’alcool pour continuer à tuer la jeunesse.

Une jeunesse guinéenne déjà trop martyrisée.

Il ne faut pas lui donner le coup de grâce.

Sortez d’autres choses de votre besace plus profitable que destructeur.

Le peuple n’a pas réagit à la prorogation de trop, de votre séjour à l’hémicycle.

Mais attention, il ne faut heurter la sensibilité de vos compatriotes.

Pour une raison ou une autre vous ne devriez pas vous offrir ce luxe de voter une telle loi.

Combien de jeunes guinéens croulent aujourd’hui sous l’effet de l’alcool ?

Faites un tour dans les bars, les buvettes, que sais-je encore !

Nous avons trop de soûlards chers députés. Trop d’ivrognes dans nos rues. Des réalités de la jeunesse qui hypothèquent l’avenir de la nation.

Nous avons besoin de loi sur le loyer.

Des textes forts sur la propriété foncière.

Des conventions sur l’exploitation de nos ressources naturelles dont le créateur nous a dotés.

Voici entre autres, des actes qu’attendent les jeunes.

C’est vrai que les jeunes ploient dans la misère à cause du chômage.

Mais, ils ne sont pas en majorité, prêts tout de suite, à sauter sur une telle offre d’emploi.

La laïcité d’accord. Mais, nos valeurs d’abord.

On me dira personne n’est obligé de se soûler la gueule.

Mais l’un des moyens de lutte contre la consommation de cette substance, c’est bien la limitation du stock.

Taxer fortement les boissons alcoolisées afin de décourager les consommateurs.

Mais, on créé d’autres sociétés.

Les gens ont où s’abreuver.

Et bonjour les conséquences.

La boisson alcoolisée tue, elle détruit la jeunesse et donc, la société.

Même si le vin est déjà tiré. Cette fois-ci, on ne le boira pas !

Mo tondi.

 

 

 Ibrahim Kalil DIALLO

 

Journaliste

00 224 621 50 15 82