Massacres du 28 septembre : l’UFR de Sidya Touré réclame justice !

L’Union des Forces Républicaines (UFR) continue de réclamer la lumière dans le dossier des massacres du 28 septembre 2009. Selon l’ONU, plus de 150 personnes venues dire non à la candidature de capitaine Moussa Dadis Camara, président de la transition d’alors, ont été tuées des femmes violées au stade de Conakry.

Le sujet était inscrit à l’ordre du jour de l’assemblée générale hebdomadaire du parti, ce samedi 28 septembre à son siège à Matam.

Dix ans après ces événements douloureux, les responsables du parti de Sidya Touré continuent toujours de réclamer justice pour les victimes du 28 septembre 2009.

« Ça fait 10 ans que nous faisons tout notre possible pour qu’il y ait un procès équitable dans notre pays. Nous réclamons justice ceux qui ont perdu la vie ou perdu un membre de leur famille, pour ces femmes qui ont été violées, traumatisées qui continuent de mal vivre cela. Justice pour ces femmes qui ont été répugnées par leurs maris parce qu’elles ont été violées. » a expliqué Ibrahima Bangoura, un des vice-présidents du parti

Pour ce cadre du parti de l’ancien haut représentant du chef de l’Etat, le troisième mandat que le pouvoir est en train de préparer n’est pas bon pour les guinéens.

« C’est pourquoi, tous ceux qui sont conscients et qui ont vécu ces évènements douloureux sont inquiets, parce que ce que les autorités actuelles préparent est très dangereux pour la Guinée et pour les guinéens. » rappelle t-il

« On ne veut pas d’un troisième mandant dans ce pays. Donc il faut comprendre l’attitude du peuple   de Guinée contre le troisième mandat par rapport à ce qu’il a vécu en 2009. Nous  ne voulons plus revivre cela. » Renchérit-il d’un ton ferme et menaçant

Ibrahima Bangoura, demande au peuple de Guinée de se tenir debout et de se joindre à l’UFR  pour empêcher Alpha Condé, de faire passer son projet de la nouvelle constitution et de troisième mandat.

 

 

 

 

 

Amadou Diouldé Diallo pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82