Manifestation de l’opposition républicaine : Le BL va-t-il prendre part ?

192

C’est désormais inévitable, l’opposition Républicaine compte redescendre dans la rue le 20 septembre prochain. C’est la conséquence de la non application soutiennent les adversaires D’Alpha Condé des points de l’accord du 12 octobre dernier. Lors de sa dernière plénière, Cellou Dalein et ses pairs ont décidé de battre à nouveau le pavé en vue d’obtenir l’organisation des prochaines élections locales.

 

Cependant, certains partis restent encore dubitatifs quant à leur participation à cette marche. C’est le cas du parti Bloc Libéral.

Cette remarque a tout son pesant d’or dans la mesure où le patron du BL a de nouvelle fois brillé par son absence au cours de la réunion de l’opposition.

Beaucoup d’observateurs de la chaîne politique guinéenne ne comprend plus la vraie position du BL pourtant qui clame haut et fort la nécessité d’unir l’opposition.

Au cours d’une sortie médiatique ce vendredi 8 septembre 2017, le président du BL a tenté de lever un coin de voile sur ces spéculations qui accablent son parti.

D’entrée de jeu, Docteur Faya Millimono a déclaré que l’opposition guinéenne ne se résume pas à l’opposition républicaine.

Concernant les manifestations programmées le 20 et 27 septembre prochain Faya Millimono précise :

«Le parti en décidera. Il ne faut pas confondre les choses. Au-delà de l’opposition républicaine, il y’a plusieurs autres partis de l’opposition qui ne prennent pas part à ces plénières de l’opposition républicaine. Ce qui nous intéresse, c’est comment faire en sorte que l’ensemble des partis d’opposition se mettent ensemble pour mettre une stratégie pour permettre d’associer des acteurs conscients pour faire face à des défis du moment » a expliqué Faya Millimono.

Évoquant les raisons qui amènent cette opposition dans la rue, le patron du BL ajoute.

« Nous ne nous cautionnons pas la pertinence des raisons pour lesquelles l’opposition descend dans la rue. Nous avons toujours dit que c’est un droit constitutionnel qui doit être exercer en toute liberté. Ce qui est aussi important à souligner ça fait plus d’un mois que le président de la république a donné des instructions à la CENI pour qu’il y ait un chronogramme. On suppose que la crise qu’il y avait à la CENI est résolue puisque nous avons un nouveau président. Alors pour combien de temps faudra-t-il encore attendre pour qu’un chronogramme soit connu, est-ce que nous ne sommes pas entrain de jouer à la montre du côté de la CENI comme du côté de la mouvance. Ce sont des questions qui sont pertinentes à se poser » précise-t-il.

 

 

Amadou Diouldé Diallo pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82