L’opposition va empêcher la tenue des législatives : « Mais par quel moyen ? » s’interroge le président du PPD

À en croire le décret pris mercredi soir par le président Alpha Condé, les élections législatives vont se tenir le 16 février, sans la participation des ténors de l’opposition.

Les responsables de ces partis politiques promettent de tout mettre en œuvre pour empêcher la tenue de ces scrutins à cette date.

Sur la question le président du Parti pour la Paix et le Développement demande par quel moyen les adversaires politiques d’Alpha Condé passeront pour mettre en exécution cette menace.

« Quand l’opposition dit qu’elle va empêcher la tenue des élections, je veux bien savoir comment ?  Peut-être qu’il y aura des troubles certes dans certaines zones on peut ne pas voter mais est-ce que cela va empêcher qu’il ait des élections sur le reste du territoire national ? » s’interroge Elhadj Boubacar Diallo

« Non je ne pense pas. » tente-t-il de répondre, avant d’accuser cette opposition d’être complice de la crise politique guinéenne.

« Pour nous cette opposition radicale est complice de ce qui se passe.  Parce que si elle s’était retiré de toutes les institutions du pays, la Ceni n’allait pas faire ce qu’elle a fait. »

Candidat à ces élections, El hadj Boubacar Bah dévoile ses attentes.  « Notre combat c’est pour renouveler ce parlement, pour proposer quelque chose de nouveau pour que ce pays décolle. » conclut-il

 

 

 

Amadou Diouldé Diallo pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82