Fichier électorale: l’opposition hausse le ton !

147

En conférence de presse ce mercredi, 12 juin 2019, l’opposition guinéenne a accusée la Commission Électorale Nationale Indépendante CENI, de recruter un nouveau opérateur technique pour la révision du fichier électorale sans l’associé.

Les adversaires au régime Codé fustigent les conditions par lesquelles l’organe en charge d’organiser les élections en République de Guinée a recrutée cet opérateur technique. 

 Pourtant, l’opposition guinéenne rappelle qu’il était prévu, dans l’accord du 12 octobre 2016, l’audit du fichier électoral avant d’aller aux élections  les législatives et présidentielles.

Selon l’opposition, les conclusions de l’audit du fichier ont été partagées. Tous les acteurs sociopolitiques étaient d’accord sur les conclusions de cet audit et la nécessité de les mettre en œuvre conformément aux recommandations formulées de façon hiérarchisée par le comité d’experts pour la crédibilité du processus électoral

Pour Cellou Baldé membre du bureau politique national  de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée,  la CENI a organisé une retraite à Kindia au cours de laquelle  dirigée par Maitre Salifou Kébé s’est inscrite dans une autre posture.

« Elle ne voulait pas aller à l’application intégrale des recommandations des experts. La CENI voulait déployer des équipes sur le terrain avec des fiches pour rechercher d’éventuels électeurs fictifs qui n’avaient pas d’empreintes digitales dans le fichier. Nous avons récusé cela et avons présenté notre approche. » a expliqué Cellou Baldé

Poursuivant, il déclare à la presse ce mercredi que, l’opposition, à moult reprises, souligné à la CENI la nécessité de recruter sur la base de procédures du code de marchés publics un cabinet d’audit international qui va se charger de la révision ordinaire du fichier électoral.

« Depuis 2015, il n’y a pas eu de révision ordinaire, on a environ quatre générations qui ont 18 ans. Le même cabinet allait également mettre en œuvre les recommandations des experts en corrigeant des anomalies dans le fichier. » A-t-il dénoncé.

Pour ce cadre de l’UFDG, la CENI s’était engagée à mettre en place un comité pour harmoniser les positions des acteurs du processus électoral.

« Malheureusement, c’est à notre fort étonnement que nous avons appris que la CENI est en train de lancer un appel d’offres en catimini pour recruter un cabinet d’audit pour le fichier électoral.

Tout ça accuse le parlementaire, c’est dans l’objectif de garder les dispositions acquises par la mouvance électorale notamment plus de 3 millions d’électeurs non dé doublonnés et plus d’un million cinq mille n’ayant pas d’empreintes digitales.

« Donc, nous réfutons et ne reconnaitrons pas l’opérateur qui sera choisi à l’issue de cette procédure opaque qui viole le code des marchés publics. » conclut-il

 

 

 

Amadou Diouldé Diallo pour Journal Guinée

 

00 224 621 50 15 82