Étienne Soropogui se confie : « Nous sommes tout sauf une institution indépendante… »

238

Ce jeudi le directeur des opérations à la CENI s’est prononcé sur le fonctionnement interne de son institution. Pour lui, l’indépendance de  l’institution en charge d’organiser les élections en guinée est totalement menacée.

« C’est vrai que la loi souhaitait que nous soyons une institution indépendante, mais l’indépendance veut dire qui travaille de sorte que les acteurs, les parties prenantes du processus soit consulté, et en dernier ressort l’institution soit en mesure de déployer ses mécanismes de nature à ce que le processus puisse être mener sereinement conformément aux délais qui sont indiqués. Mais tel n’est pas le cas actuellement au niveau de la CENI. » Déplore t-il.

Plus loin, il révèle que cette institution est prise en otage à la fois par la mouvance présidentielle et par l’opposition.

« C’est à la fois le pouvoir en place mais aussi l’opposition qui contribue beaucoup à anéantir l’indépendance de l’institution mais je crois que ce n’est pas bien pour notre pays. » Avance t-il.

Plus loin, il  regrette le fait que  depuis la tenue des dernières élections locales,  l’institution a toujours du mal à tirer des leçons afin de se projeter sur les  perspectives des prochaines échéances électorales.

« Dans tous les pays du monde les élections se tiennent selon ce qui est défini par la loi , aujourd’hui nous-mêmes nous ne pouvons pas dire où nous en sommes, parce que nous sommes bloqués à tous les niveaux aussi par la mouvance que par l’opposition. Il faut qu’ils s’entendent sur des choses pour que nous puissions avancer ? » S’interroge t-il.

Ce commissaire de la CENI déclare que pour que l’institution soit totalement indépendante il faut qu’elle puisse avoir à sa disposition les ressources permettant d’exécuter ses travaux.

« des fois quand on n’a envie d’aller de l’avant on vous dit vous pouvez aller mais vous n’aurez aucune ressource pour dérouler les opérations. » Dénonce t-il.

Et d’ajouter pour terminer.  « L’institution est constitutionnellement  mis en place pour veiller à ce que les élections tiennent à date, que ça plaise à quelqu’un ou pas. Parce que par fois on n’a l’impression que quand quelques gens ne sont pas prêts ils mettent les bâtons dans les roux finalement ça pose problème. » Souligne t-il.

 

 

 

Mariama Alpha Diallo pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82