Damaro camara: « Je suis déçu de mon frère Fodé Oussou .»

PENTAX DIGITAL CAMERA

Au cours d’une sortie médiatique ce lundi, le vice-président de l’UFDG Fodé Oussou Fofana accuse le camp du pouvoir d’être à la base de la pagaille enregistrée pendant l’installation des conseils communaux sur le terrain, notamment à Kindia. Fodé Oussou Fofana déclare que c’est le RPG arc en ciel qui ne veut pas respecter les accords du 8 août dernier.
Une déclaration qui a irritée la colère de Amadou Damaro Camara de la mouvance présidentielle qui se dit déçu du vice-président de l’UFDG, Dr Fodé Oussou Fofana.

« Comme j’ai dis la dernière fois, je suis encore déçu de mon jeune frère bien aimé Fodé Oussou Fofana, qui dit que c’est la pagaille totale qui règne sur le terrain. » Réagit t-il.

Dans son intervention, Fodé Oussou Fofana reproche à Damaro de dévoiler dans les médias ce qu’ils se disent en privé.

De se justifier face  à ces accusations le député de la mouvance rétorque que.

« C’est lui-même Fodé Oussou qui m’a demandé à ce qu’on arrêt à Kindia parce qu’il y’a tension. À part ça je le défie qu’il me dise tout ce qu’on a discuté en privé dans quelle radio et quand je suis aller pour dire voilà ce que nous avons dit en privé. » Se justifie t-il avant de renchérir pour dire que.

« Je sais qu’en politique y’a ce qui se dit publiquement, y’a ce qui se dit en privé. Mais nous devons travailler dans le sens de bien faire. C’est parce qu’il se dédie  il nous a accusé de quelque chose qu’on aura arrêter ensemble. »  Explique t-il.
Selon lui, malgré ces dysfonctionnements où il y’a eu élection, l’UFDG a participé au processus.
« Quand il dit que le RPG installe là où il veut, à macenta par exemple à cause de nos propres incontradictions l’UFDG a gagnée la mairie,  malgré la pagaille tout est installé ils participent au vote. » Rappelle-t-il

Pour Amadou Damaro, il est évident aujourd’hui que le candidat de l’UFDG a des problèmes avec la population de Kindia.

« On ne peut pas dire aux conseillers de Kindia qui connaissent leurs communauté, c’est leur ville,  qui ils doivent choisir. Ce que nous pouvons faire, c’est de ne pas présenter des candidats. » Clarifie t-il.

 

 

 

Amadou Diouldé Diallo pour Journal Guinée

00 224 62 50 15 82