Concurrence déloyale : Les sept péchés de Djoma fm

C’est un groupe de médias qui arrive avec beaucoup plus de bruits à l’image d’un feu de paille qu’une véritable entreprise qui défiera le temps.
Annoncé comme un sérieux concurrent, avec des recrutements fantaisistes, le groupe de médias souffre déjà d’un manque de confiance. L’origine de l’investissement fait tant parler pour ne pas dire, douteux et confus dont le nom du fondateur est associé parmi les plus grands prévaricateurs du pays et parmi les serviteurs les plus proches du grand palais. Deux raisons qui amènent à dire, que le groupe ne serait qu’un simple relais de communication du pouvoir, qui vient en appoint aux médias d’État qui souffrent d’une carence inouïe d’auditeurs. La radio émet sans récepteur, donc, parle sans être entendu.
En faisant l’autopsie de ce groupe qui animera désormais l’espace médiatique, malgré les préjugés qui planent et constituent un véritable handicap pour son émergence, des péchés ont été commis et qui seront fatales.
Premièrement, le groupe Djoma fait la concurrence à un certain Lamine Guirassy et non au groupe Hadafo. Il suffit de voir la communication qui est faite pour comprendre que Lamine Guirassy, PDG du groupe Hadafo est le concurrent déclaré. La création d’une émission concurrente aux GG est l’illustration parfaite de la volonté de faire taire le groupe des belles et grandes gueules.
Deuxièmement, le casting est mauvais. Le DG Kalil Oularé, un ancien du groupe Hadafo par devoir de mémoire, ne va jamais lancer des hostilités reposant sur une simple concurrence contre son ancien payeur et bienfaiteur. S’il le fait, ce que son employeur actuel doit avoir peur de lui. Car, il pourra un jour tourner le dos à ce dernier s’il trouverait un traitement mieux.
Troisièmement, à voir le recrutement, la radio sera la future maison des galactiques. Ils se trompent dangereusement. Le meilleur choix serait de fabriquer des jeunes journalistes à la hauteur de l’ambition du groupe. La plupart des recrues de grand renom, ont raccroché avec le terrain. Ils préfèrent le confort du studio que la galère du terrain. Alors, qui va travailler pour l’autre ?
Quatrièmement, ce n’est pas l’investissement qui va impressionner et drainer les auditeurs vers le média, mais, le contenu des programmes. C’est d’abord, une radio connivente qui traitera l’actualité conformément aux intérêts à préserver du patron fondateur et serviteur proche du Chef de l’État.
Cinquièmement, dans sa stratégie de conquête des Auditeurs, la radio veut être plus thématiques que politique. C’est une erreur, grave d’ailleurs. Aucune radio thématiques n’aura de beaux jours devant elle. Ça n’attire pas le marché de la publicité.
sixièmement, l’emplacement de la radio est un obstacle pour sa visibilité. Ce n’est pas stratégique.
Et septièmement, le traitement salarial offert par le groupe contribue à alimenter les doutes sur l’origine des avoirs. Avec les maigres revenus récoltés dans la publicité, il serait important de voir dans un avenir proche, comment l’organe va s’y prendre.
Bref, en Guinée, il serait difficile pour un média nouveau quel que soit le volume de son investissement, de détrôner le trio Espace-Nostalgie-Lynx.
Les GG, Africa2015 et Œil de Lynx vont encore régner.
Il serait mieux de revoir la stratégie pendant qu’il est encore temps.
Wassalam

Par Habib Marouane Camara, Journaliste-Chroniqueur.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here