Kenya: un restaurant chinois fermé après avoir interdit l’accès aux noirs

Kenya: un restaurant chinois fermé après avoir interdit l’accès aux noirs
AFP

Soldier from the Kenyan green eagles parachutes into Nyayo stadium holding a Kenyan flag during the national celebration to mark Kenya's Jamhuri Day (Independence Day) in capital Nairobi
NAIROBI – Un restaurant chinois de la capitale kényane Nairobi a été fermé et ses propriétaires convoqués par les autorités pour avoir refusé d’accepter la clientèle noire après 17 h, rapportent mercredi les médias locaux.
Le restaurant s’est fait épingler par les autorités de Nairobi après un déferlement de colère sur les réseaux sociaux.
Les patrons du restaurant, des Chinois, ont expliqué avoir pris cette mesure à la suite d’une attaque à main armée en 2013 et se sont excusés d’avoir ainsi choqué la population, a poursuivi le quotidien Daily Nation.
Mais toujours selon le quotidien, l’établissement, situé dans le quartier résidentiel de Kilimani, un quartier proche du centre-ville où vit une importante communauté chinoise, a malgré tout été fermé: il n’était apparemment pas en règle non plus.
«Nous avons découvert que le restaurant n’avait pas ses licences et j’ai dû ordonner sa fermeture jusqu’à ce que ses propriétaires se mettent en règle», a expliqué le gouverneur de Nairobi, Evans Kidero, cité par le journal.

Cité cette fois par le quotidien The Standard, le responsable a ajouté que «tous les fournisseurs de services devaient faire en sorte que tous les clients sont traités avec respect et dignité, quels que soient leur couleur, leur sexe, leur ethnie et leur religion».
Dans un troisième quotidien, The Star, une source à la mairie de Nairobi a cependant tenu à préciser que l’incident ne remettait pas en cause «l’amitié et les relations diplomatiques que le Kenya entretient avec la Chine».
Pékin est un important investisseur au Kenya, première économie d’Afrique de l’Est.

Journal de Montréal