Etats-Unis: valse des candidats républicains devant le lobby des armes

Etats-Unis: valse des candidats républicains devant le lobby des armes

media
Le rendez-vous annuel de la National Rifle Association (NRA) à Nashville, le 10 avril 2015.REUTERS/Harrison McClary

Le lobby américain des armes, la National Rifle Association (NRA), a ouvert sa conférence annuelle à Nashville, dans le Tennessee, ce vendredi 10 avril 2015. Lors de la première journée, pratiquement tous les candidats républicains à la Maison Blanche ont défilé à la tribune pour afficher leur soutien au deuxième amendement de la Constitution américaine, qui autorise le port d’arme.

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Ils étaient pratiquement tous là : Jeb Bush, Scott Walker, Marco Rubio, Rick Perry, Ted Cruzet les autres. Tous présents pour prêter leur serment d’allégeance à la NRA, une association toujours généreuse en dollars et en voix.

Tous avaient dans leur viseur Hillary Clinton, leur rivale probable l’an prochain et qui pourrait annoncer sa candidature ce dimanche 12 avril. Le vice-président de la NRA, Wayne LaPierre, avait donné le ton en ouvrant la conférence devant 4 000 participants : « Nous nous tiendrons au coude-à-coude pour empêcher qu’elle soit notre prochaine présidente », a-t-il promis.

« Essayez » de nous prendre nos fusils !

Jeb Bush a ensuite critiqué son progressisme, pour vouloir se joindre à ceux qui veulent arracher leurs armes aux braves gens. Thème repris par le sénateur Ted Cruz, l’un des deux candidats déclarés avec Rand Paul : « Si Hillary Clinton va se joindre à Barack Obama et aux ennemis des armes, pour prendre nos fusils, et bien tout ce je peux leur dire, c’est : venez et essayez de nous les prendre ! », a lancé le candidat.

Des manifestations étaient prévues ce samedi à Nashville, organisées par ceux qui s’opposent à la NRA et veulent obtenir des lois plus strictes sur le contrôle des armes. Unvœu pieux, avec un Congrès à majorité républicaine qui ne va pas se tirer dans le pied en offensant le puissant lobby.

RFI