Siaka Barry : « Labé est une terre d’écriture par excellence »

Lors de son passage dans la ville de Labé en faveur de la deuxième édition du festival des arts et du rire qui se tient parallèlement à l’évènement Conakry Capitale Mondiale du Livre le ministre Guinéen de la culture, des sports et du patrimoine historique, Siaka Barry a rendu un  vibrant hommage aux écrivaines ressortissantes de Labé, qui selon lui ont fait la fierté de la Guinée à travers leurs plumes.

 

« Labé est une terre d’écriture par excellence. Labé n’est pas seulement une terre d’oralité mais c’est une terre d’érudition et d’écriture », a déclaré le ministre Siaka Barry à l’entame de son intervention.

Et de poursuivre « Au 16ème, 17ème, 18ème jusqu’au 20ème siècle des érudits de Labé savaient déjà écrire. Ils ont laissé des manuscrits, dont certains se retrouvent jusqu’à présent dans des familles ici à Labé. C’est pour montrer à la face du monde que Labé parmi tous les foyers de civilisation en Guinée est aussi un centre de prédilection pour l’écriture ».

Selon lui, l’écriture est inhérente à la vie sociale et à la vie politique de Labé et qu’elle a été porté par certaines héroïnes auxquelles il a attesté sa profonde gratitude. Notamment Sira Baldé qui avait écrit « D’un fouta à l’autre », Kesso Barry qui a écrit « Kesso la princesse peulhe » et Koumanthjo Zenab auteur des épines de la mort », première poétesse Guinéenne.

Et de poursuivre : « J’aimerais que nous instaurions désormais à Labé un festival de l’écriture et que cela soit une rencontre annuelle. Chaque année où toutes les écrivaines guinéennes se retrouvent à Labé pour s’inspirer de l’exemple donné par la doyenne Sira Baldé».

 

 

 

Mohamed Kaba Soumah  pour Journal Guinée

00 2224 621 50 15 82