Santé : Les avantages et inconvénients du téléphone portable!

66379

Il est vrai que les téléphones portables on changé nos habitudes, notre manière de fonctionner et de communiquer, d’autant plus avec l’arrivée des Smartphones qui permettent d’avoir accès à internet. Il y a donc non seulement de nombreux avantages mais aussi des inconvénients inimaginable liés à l’utilisation des Smartphones.

Il y a plus de 4 milliards de portables dans le monde aujourd’hui. Cela ne veut pas dire que plus de la moitié de la population mondiale possède un portable car dans les pays développés beaucoup de citoyens possèdent plus d’un appareil. La croissance du nombre des portables est largement due aux pays émergents. Mais, ce nombre grandissant des portables peut poser un problème environnemental à l’échelle Mondiale.

Les avantages du téléphone portable

Le téléphone portable est une avancée technologique significative dans le domaine de la communication. Il permet à n’importe qui, où qu’il soit, d’être en contact avec le reste du monde en permanence.

L’emploi le plus utile des téléphones mobiles est le fait de pouvoir appeler à l’aide en cas d’urgence. Ce cas est toutefois très rare, généralement, le téléphone est une façon de joindre les connaissances et de rester en contact théorique avec le monde entier.

En Guinée le portable facilite énormément la communication spécialement dans les endroits isolés du pays (où il n’y a pas d’infrastructures téléphoniques traditionnelles). Les prix des téléphones étant très abordables dans la plupart des cas, ils restent accessibles à la classe moyenne et pauvre dans presque tous les pays

Les inconvénients du téléphone portable

Risques d’accident :

Le fait de téléphoner, et de tenir une conversation, mobilise une partie de l’attention qui détourne l’utilisateur des autres tâches en cours. La réactivité est diminuée. Son utilisation, « mains libres ou pas » augmente donc les risques d’accidents (accident du travail, accident domestique, accident de la route lorsque le téléphone est utilisé au volant…).

L’OMS relève que les risques d’accident de la circulation sont multipliés par 3 ou 4 lors de l’utilisation de mobiles (que le conducteur utilise ou non un kit « mains libres).

L’utilisation des téléphones mobiles est interdite dans les hôpitaux. En avion elle peut perturber les liaisons radio pour la navigation.

L’OMS relève qu’il existe des risques d’interférences électromagnétiques à proximité de certains appareils médicaux.

Selon le rapport de l’Office fédéral de l’environnement suisse: « Il est incontestable que le rayonnement à haute fréquence peut perturber le fonctionnement d’appareils techniques, ce qui peut avoir des conséquences sur la santé, en particulier dans le cas des implants médicaux, tels que les stimulateurs cardiaques. Toutefois, de nombreux appareils sont aujourd’hui insensibles au rayonnement de téléphones mobiles. »

Risques sanitaires liés aux ondes électromagnétiques

Le téléphone portable a été principalement pointé du doigt pour sa capacité à augmenter les risques de tumeurs cérébrales. Cette préoccupation est née du fait que l’antenne de cet outil de communication émet des ondes de radiofréquences, lesquelles sont une forme de radiation non-ionisante, susceptibles d’être absorbées par notre corps.

Toutefois, les résultats des différents experts ne convergent pas tous dans le même sens. En effet, alors que certains scientifiques affirment que les ondes de radiofréquences émises sont inoffensives, d’autres clament haut et fort qu’elles représentent un véritable danger pour la santé et peuvent effectivement augmenter les risques de cancer. Ainsi, l’utilisation des téléphones portables reste très controversée, et jusqu’à aujourd’hui, les recherches scientifiques continuent à tirer vers les deux côtés, laissant le consommateur dans la confusion.

Mais pour mettre fin à cette polémique qui ne met certainement pas les usagers au clair, la Fédéral Communication Commission (FCC), a essayé de contrôler les niveaux de radiations émises par les téléphones portables, pour pouvoir déterminer les taux permis.

D’après cette agence du gouvernement des États-Unis, tous les téléphones portables doivent être testés pour mesurer leur débit d’absorption spécifique (DAS).

Il s’agit d’un indice qui renseigne sur la quantité d’énergie émise par les ondes de radiofréquences et absorbées par l’utilisateur du portable quand celui-ci est proche de l’oreille. Cet indice est exprimé en Watt/ Kg, et ne doit pas dépasser 1.6 W/Kg selon la FCC.

Les experts du site web CNET, spécialisé dans les nouvelles technologies, ont fait l’analyse de tous les téléphones portables qu’ils ont déjà évalués sur leur plateforme et ont pu constituer un top 5 des mobiles aux niveaux de radiations les plus élevés et qui se rapprochent du seuil toléré par la FCC.

Leur classement est le suivant :

  1. Motorola Droid Maxx (DAS: 1.54 w/kg)
  2. Motorola Droid Ultra (DAS : 1.54 W/kg)
  3. Motorola Moto E (DAS: 1.5 W/kg)
  4. Alcatel One Touch Evolve (DAS: 1.49 W/kg)
  5. Huawei Vitria (DAS: 1.49 W/kg)

Motorola Droid Maxx, est le téléphone qui se place en tête de liste. C’est l’un des Smartphones les mieux notés, plus chers mais peut aussi être l’un des plus dangereux, tout comme le Motorola Droid Ultra. Ces deux téléphones sont donc les plus performants et le plus onéreux de cette liste, tandis que les trois autres restent assez abordables.

Compte tenu de ces informations, il s’avère nécessaire de prendre ses précautions !

La prochaine fois que vous vous apprêtez à acheter un téléphone, veillez à vérifier son DAS.

L’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) recommande également d’utiliser le téléphone portable de façon modérée, et d’opter pour le kit mains-libres, pour minimiser les risques.

Les spécialistes rappellent que le téléphone portable demeure la source la plus importante d’exposition aux ondes de radiofréquences et que l’utilisation excessive de téléphone portable peut ainsi impacter notre bien-être et entraîner, des troubles du sommeil, le stress, la fatigue.

 

Fatoumata Binta Diallo pour Journal Guinée