Rénovation de la grande mosquée Fayçal : Les vérités de Dr Koutoub Moustapha Sanoh !

L’affaire de rénovation de la grande mosquée Fayçal continue de susciter des polémiques. Depuis quelques années, cette maison de Dieu peine à recouvrer un nouveau visage. Elle se trouve actuellement dans un état de délabrement total.

 

Face à cette situation, les autorités Saoudiennes avaient mis la main à la poche pour accorder un financement à hauteur de 5 millions de dollars en vue de changer l’image de cette mosquée.

Depuis, ce travail n’a pas encore commencé. Au cours de sa rencontre jeudi dernier avec la presse, le grand imam de cette mosquée a pointé du doigt des hauts cadres de l’administration d’avoir empêché le travail.

Le nom qui apparait toujours reste l’ex ministre de la coopération internationale. Il est accusé dans certains articles d’être à la base du blocage de cette rénovation.

C’est pour faire taire les rumeurs que l’actuel conseiller à la présidence chargé des questions diplomatiques est sorti de son silence ce samedi au cours d’une conférence de presse.

Une manière de rétablir la vérité des faits. D’entrée de jeu, Dr Koutoub Moustapha Sanoh est tout d’abord revenu sur son passage à la tête du secrétariat général des affaires religieuses avant de parler du financement devant servir à la rénovation de cette mosquée.

« Concernant cette mosquée, pour la petite histoire, je fus secrétaire général des affaires religieuses de 2009 à 2010. Cette mosquée était une priorité où nous avons initié dans le budget national de donner chaque année 2milliards de francs guinéens pour l’entretien et la maintenance de cette mosquée. Jusqu’au moment que je quittais nous n’avons jamais connu cet état de délabrement de cette maison de Dieu. De 2009 à 2010, le centre islamique que vous voyez c’était aussi le cas. Quand je venais certains avaient décidé de donner à une ONG régionale afin qu’elle puisse gérer en lieu et place des guinéens. J’ai refusé, on a fait la rénovation. La salle polyvalente que vous voyez sa coulait comme c’est le cas aujourd’hui pour la grande mosquée. Nous avons fait la rénovation et le centre est devenu un bijou, c’est une fierté. Quand vous passez la nuit, il y’avait des fontaines, des arbres, j’ai même évolué en étage. On a déménagé le siège du secrétariat général des affaires religieuses pour la première fois dans l’histoire de notre pays au centre islamique de Donka. La mosquée aussi, c’était une priorité. Il n’y’avait pas de coupure malgré qu’à l’époque on avait pas le courant comme on l’a aujourd’hui. Le collège des imans actuel, c’est à mon temps que nous avons nommé. Cette mosquée n’appartient à personne, ni le président de la République, ni le grand iman, ni n’importe qui, c’est une maison qui appartient à Dieu. De 2O11 jusqu’en 2015 je suis ministre de la coopération internationale. Nous avons invité le prince Abdallah Aziz ben abdallâh le fils du défunt roi il est venu à Conakry pour la première fois pour d’autres dossiers. Le premier ministre d’alors Mohamed Saïd Fofana m’a dit pourquoi ne pas faire une visite surprise à la grande mosquée. En 2013 nous sommes allés, aucune autorité religieuse n’a arrangée cette visite. Je suis allé en personne avec le prince nous sommes rentrés, l’amené là où sa coulait. A la sortie de cette visite, le prince m’a dit on va vous donner 5 millions de dollars. Ces 5millions vous allez l’utiliser pour la rénovation et la construction de deux immeubles doivent être construit pour permettre désormais d’avoir des recettes pour l’entretien de la mosquée. Donc 5 millions de dollars ont été annoncé par le prince. » a expliqué Dr Koutoub Moustapha Sanoh.

Par ailleurs, le ministre conseiller à la présidence chargé des questions diplomatiques s’est attaqué à ses détracteurs qui selon lui veulent ternir son image. Il a aussi expliqué les causes du retard de la rénovation de cette mosquée

« J’ai entendu certains écrire que les autorités religieuses guinéennes ont écrit c’est faux, je défie quiconque qui me dira quelle autorité religieuse a écrit au prince. Ils ne connaissent même pas le prince, le prince c’est un ami. Nous avons formulé une requête nous sommes allés, le prince m’a dit sur place en 2013 c’était au même moment que nous avons signé le contrat pour la construction du pont Kk, la rénovation de l’hôpital Donka et la construction des ERAM à Labé, Siguiri, Nzérékoré et à Boké. Le ministre de la coopération a la charge d’aller chercher les fonds mais il ne gère pas ces fonds. Il met le fonds à la disposition du département compétant. En 2014 malheureusement pour moi il y’a eu Ebola, c’est pourquoi l’affaire grande mosquée a retardée. A ma grande surprise j’ai été informé comme tout un chacun qu’un bureau d’étude a été sélectionné sur une base opaque et je défie quiconque s’il y’avait un appel d’offre. Ils ont décidé que ce bureau d’étude devrait faire le travail, il va faire un cahier de charge, nous allons déposer aux autorités Saoudiennes afin qu’elles puissent concrétiser cette promesse de financement. Jusqu’en 2015 j’ai quitté les affaires je ne suis plus là-bas. C’était plus mon problème, ceux qui sont là-bas doivent le gérer. Pour moi comme on n’a pas eu le problème avec l’hôpital de Donka, le pont KK, la grande mosquée est en bonne voie. A ma grande surprise plus tard on dit qu’ils ont fait une sélection, un appel d’offre restreint des entreprises pour un financement de 5 millions de dollars pourquoi restreint ? c’est la corruption pure et simple. Sa devait être un appel d’offre ouvert permettant même à des entreprises internationales de soumissionner. En 2016, on voit que sa ne bouge pas. J’ai eu des instructions de voir pourquoi jusqu’à présent sa ne bouge pas. On s’est intéressé. Demander à l’ambassadeur qu’est-ce qui se passe, pourquoi ce problème ? j’ai fais plus de trois ou quatre voyage à cause de cette mosquée en Arabie Saoudite sous les instructions du président de la République. Il ressort de tout ce que nous avons vu là-bas, c’est la corruption et la cupidité. Un bureau d’étude a été sélectionné sur une base opaque, personne ne sait, ni ministère des finances, ni le ministère de la coopération. L’enveloppe annoncée par les Saoudiens 5millions, notre surprise on nous a dit à Riad qu’il ya une requête de 7 à 8 millions de dollars. Quelle cupidité. On dit qu’il y’a une correspondance dans lequel c’est écrit de bloquer le financement. Un financement qui n’est même pas là. C’est une promesse de financement. Ceux qui ne savent pas faire la différence, ils sont entrain de rêver. Certains même disaient que l’argent est la présidence. Je demande aux autorités religieuses de rester dans leur domaine, d’éviter de polémiquer sur quelque chose qu’il ne maîtrise pas. Je suis un citoyen guinéen qui a ce souci, ensuite je religieux, je sais c’est quoi une maison de Dieu. Une mission du ministère des finances Saoudien est annoncée à Conakry pour voir claire pourquoi ce changement comme ça inexplicable. » a-t-il annoncé.

 

N’bany Sidibé pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82