La Conférence de l’ONU sur les changements climatiques s’ouvre et appelle à une action rapide

47

Katowice, 2 décembre 2018 – Après une année de catastrophes climatiques dévastatrices dans le monde entier, de la Californie au Kerala et des Tonga au Japon, la Conférence annuelle des Nations Unies sur les changements climatiques (COP24) s’ouvre aujourd’hui dans le but de finaliser les directives d’application de l’Accord de Paris sur le changement climatique.

Concrètement, elles renforceront la coopération internationale en veillant à ce que les contributions nationales à l’effort mondial soient transparentes, que la responsabilité soit partagée équitablement et que les progrès en matière de réduction des émissions et d’amélioration de la résilience soient mesurés avec précision.

Patricia Espinosa, la responsable du climat de l’ONU, a déclaré : « Cette année sera probablement l’une des quatre plus chaudes jamais enregistrées. Les concentrations des gaz à effet de serre dans l’atmosphère atteignent des niveaux records et les émissions continuent d’augmenter. Les répercussions du changement climatique sont pires que jamais. Cette réalité nous dit que nous devons faire beaucoup plus – la COP24 doit faire en sorte que cela se produise.

Un ensemble final de directives de mise en œuvre permettra de mobiliser des actions concrètes en faveur du climat, en ligne avec les buts et objectifs de l’Accord de Paris, notamment dans l’adaptation aux effets des changements climatiques, la réduction des émissions de gaz à effet de serre ainsi que dans l’apport d’une contribution financière, et autre soutien, aux pays en développement.

Six mois après le Sommet de Paris de 2015, les négociations sur les directives d’application ont été lancées et la COP24 a été fixée comme échéance. Bien que les gouvernements se soient engagés à finaliser ces directives afin d’exploiter tout le potentiel de l’accord, beaucoup reste encore à accomplir à Katowice.

« L’Accord de Paris de 2015 est entré en vigueur plus rapidement que tout autre accord de ce type. J’appelle maintenant tous les pays à se rassembler, à prendre appui sur ce succès et à rendre l’accord pleinement fonctionnel », a déclaré le président de la COP, M. Michal Kurtyka.

« Nous sommes prêts à œuvrer avec tous les pays afin de nous assurer que nous quittons Katowice avec un ensemble complet de directives de mise en œuvre et avec la certitude que nous avons servi le monde et sa population », a-t-il ajouté.

Mme Espinosa a fait observer que les pays jouissent d’un large consensus en faveur d’une action rapide pour le climat, la sensibilisation du public et la demande de solutions ayant augmentées en raison des preuves évidentes que notre climat est en train de changer.

 « Nous ne pouvons tout simplement pas dire à des millions de personnes dans le monde qui souffrent déjà des effets du changement climatique que nous n’avons pas tenu promesse », a-t-elle dit.

Dialogue Talanoa

La conférence se tient dans la foulée du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur le réchauffement planétaire de 1,5°C, ainsi que d’une série de rapports des Nations Unies et d’autres études sur l’augmentation des concentrations et des émissions de gaz à effet de serre ainsi que sur la santé et d’autres graves répercussions.

 « Toutes ces conclusions confirment l’impérative nécessité de maintenir l’engagement le plus ferme à l’égard des objectifs de l’Accord de Paris visant à limiter le réchauffement de la planète à un niveau bien inférieur à 2°C, et de poursuivre les efforts visant à atteindre 1,5°C », a souligné Mme Espinosa.

« Toute notre attention devrait porter sur la réalisation de cet objectif et sur le développement d’une ambition en ce sens », a-t-elle ajouté.

La COP24 permettra également de clore le Dialogue Talanoa, le tout premier dialogue international de ce type jamais organisé par les Fidji, pour évaluer les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris, dont celui de limiter la hausse des températures mondiales.

L’un des objectifs de ce dialogue est de trouver des solutions pratiques et locales sur la manière dont les pays peuvent accroître leur ambition lors de la prochaine série de Contributions déterminées au niveau national (CDN), qui décrivent les efforts individuels pour réduire les émissions domestiques.

Au cours de la réunion de haut niveau qui clôturera le Dialogue Talanoa, les ministres examineront le rapport du GIEC sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5 °C et son adéquation dans la perspective des actions futures.

« Je nourris l’espoir que cela donnera aux ministres l’occasion d’émettre un signal politique en faveur d’une ambition accrue », a déclaré Mme Espinosa.

Faits marquants de la COP

Après une ouverture selon la procédure le dimanche 2 décembre qui devait permettre de commencer rapidement les travaux, la grande cérémonie d’ouverture aura lieu lundi, en présence d’une quarantaine de chefs d’État et de gouvernement.

Par ailleurs, pour la première fois au monde, et avec le soutien de la présidence polonaise de la COP, l’ONU a lancé l’initiative « Une Place pour tous ». Au cours de la cérémonie d’ouverture de lundi, cette initiative ouvrira une nouvelle voie qui permettra à tout un chacun d’exprimer ses opinions via les réseaux sociaux et autres technologies numériques.

Elle visera également à encourager les citoyens de tous les milieux, dans le monde entier, à intégrer cette dynamique qui se développe en faveur du climat et à prendre des mesures concrètes d’actions climatiques, dans leur vie personnelle.

Action climatique avant 2020

Lors de la COP, les ministres auront l’occasion de participer à plusieurs événements de haut niveau, qui mettront tous en lumière les principales composantes des efforts actuels en matière de lutte contre le changement climatique.

Ces événements de haut niveau porteront sur certains aspects déterminants de l’action climatique avant 2020, notamment :

  • Le bilan pré-2020 évaluera les mesures climatiques à prendre avant 2020.
  • Le dialogue ministériel de haut niveau sur le financement climatique examinera l’état des flux financiers mondiaux liés au climat tels qu’ils ressortent de la troisième Évaluation biennale.
  • La réunion de haut niveau sur l’Action climatique mondiale offrira une vision unique de la manière dont le monde est affecté par le changement climatique, et comment les différents secteurs abordent cette question.

Ensemble, tous ces événements offriront aux ministres un espace pour des discussions franches et ouvertes sur les progrès réalisés à ce jour.

Le renforcement des capacités pour l’action climatique, élément d’une importance capitale pour les pays en développement aujourd’hui et demain, sera considérablement renforcé lors de la COP24.

Dans un Centre de renforcement des capacités spécialement conçu à cet effet, quelque 35 manifestations porteront sur des sujets tels que la mise en œuvre des CDN, l’intégration de la parité hommes-femmes dans l’action climatique et l’utilisation des connaissances des peuples autochtones

Le partenariat de Marrakech pour l’Action climatique mondiale

La dynamique actuelle croissante en faveur de l’action climatique de la part des parties prenantes non-Parties, telles que les villes, les régions, les entreprises et les investisseurs, sera mise en évidence tout au long de la COP.

Cette dynamique représente déjà 36 billions de dollars d’activité économique et ne cesse de croître.

Mettre en valeur ces événements à la COP conduit à une nouvelle forme de multilatéralisme inclusif qui est essentielle à la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris.

Plus d’une centaine d’événements mettront en lumière des actions dans les domaines des transports, de l’eau, de l’aménagement du territoire, de l’énergie, de l’industrie de la mode, pour n’en citer que quelques-uns, représentant un large spectre d’actions climatiques. Des PDG, des maires, des gouverneurs et d’autres dirigeants de la société civile y participeront.

A propos de la CCNUCC

Avec 197 Parties, la quasi totalité des pays a adheré à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), le traité parent de l’Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique.

L’objectif principal de l’Accord de Paris est de maintenir l’augmentation de la température mondiale bien en dessous de 2 degrés Celsius et de limiter encore davantage cette hausse à 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.

La CCNUCC est également le traité parent du Protocole de Kyoto de 1997. L’objectif ultime de tous les accords conclus dans le cadre de la CCNUCC est de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêchera toute interférence humaine dangereuse avec le système climatique, dans un délai permettant aux écosystèmes de s’adapter naturellement et d’assurer un développement durable.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter :

Alexander Saier
Communications et sensibilisation
ONU Changements climatiques
(Mobile) +49 172 179 8835; E-mail: asaier(at)unfccc.int; Service de presse de la CNUCC: press(at)unfccc.int

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here