Climat: Le changement climatique n’épargne plus rien

334

Les conséquences du changement climatique deviennent généralisées et se précisent de plus en plus en temps et en quantité dans tous les domaines. Jusque-là, l’on a plus parlé d’inondations, de sècheresse, de montée des eaux maritimes, de chaleur et autre avec leur cortège de conséquences dans la vie de tous les jours, une nouvelle étude publiée ce lundi dans Nature Plants montre que les événements extrêmes affecteront la production d’orge.

Cette baisse de production de la céréale devra rendre la boisson alcoolisée la plus populaire au monde plus rare et plus coûteuse. «Une baisse de la production mondiale d’orge c’est une baisse encore plus grande de la production d’orge consacrée à la bière,» prévient Dabo Guan, professeur en économie du changement climatique à l’université d’East Anglia en Grande-Bretagne. Il explique que «les cultures de haute qualité sont encore plus sensibles».

Si le réchauffement climatique se poursuit au rythme actuel, la sécheresse et les vagues de chaleur de plus en plus sévères frapperont au cours de ce siècle une des grandes régions de culture au moins une fois par an, ce qui entraînerait une chute de 16% de la production mondiale de bière. Ce chiffre représente l’équivalent de la consommation annuelle aujourd’hui aux Etats-Unis, selon un calcul des chercheurs dans leur étude.

Donc, la question n’est plus de savoir si le changement climatique affectera notre mode de vie ; elle doit plutôt consister à savoir si nous voulons inverser la tendance en conjuguant nos efforts pour diminuer l’impact négatif de l’action de l’homme sur dame nature.

Hassantou Diallo