AFRIQUE : le Forum mondial sur les paysages au Kenya

206

D’après l’Organisation desNations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), et le Programme des Nations Uniespour l’Environnement, chaque année l’Afrique perd environ 2,8 millions d’hectares de forêt et près de 50 millionsd’hectares de terre sont affectés par la dégradation.

Ces pertes sont dues principalement aux changements climatiques et ceux-ci se manifestent entre autres par la hausse des températures, l’élévation du niveau de lamer, et l’irrégularité des précipitations. Par conséquent, Il est primordial que les Africains s’adaptent aux nouvelles réalités pour réussir dans ce contexte si complexe du changement climatique.

C’est dans ce cadre que Le forum mondial sur les paysages à ouvert s’est porte ce mercredi 29 Aout 2018 à Nairobi au Kenya. Il se tiendra du 29 au 30 Aout 2018 sous le thème «Restauration des paysages en Afrique : perspectives et opportunité».

Placé sous le haut patronage du président de la république du Kenya, les participants ont pris part à une série d’ateliers pratique durant les deux jours du forum.

Cette rencontre a permis à la jeunesse Africaine de partager leurs expériences sur les changements climatiques et ces conséquences sur les paysages Africaine.

Nous retiendrons que les points essentiels du forum étaient :

  • La mise en œuvre de la restauration des paysages, la sécurité alimentaireet les moyens de subsistance.
  • Le financement des paysages durables, et la mesure du progrès vers les objectifs fixés en matière de développement et de climat.
  • La facilitation des relations entre secteur public et privé pour la concrétisation des projets environnementaux.

Plusieurs solution ont étéaussi énumérer pour la mise en place des stratégies afin d’assurer la restauration des forêts Africaines car le but de la conférence était d’en sortie avec une série de politiques publiques qui permettra de réduire la déforestation en Afrique ce qui est l’une des sources première des changements climatiques.

A la fin du forum, les organisateurs ont pu apporter une solution étroite à la mauvaise gestion des paysages africaine. Plus loin, ils veulent réunir et avancer en 2019 de nouveaux politiques financiers responsables qui leur permettront d’attirer des fonds privés afin de solidifier d’avantage le secteur de l’environnement.

Hassanatou Diallo Envoyé special à Nairobi