Ouverture des classes : Notre constat sur le terrain !

310

Ce mercredi 03 octobre 2018 était le jour indiqué par les autorités éducatives guinéennes pour la rentrée scolaire 2018-2019. Toute fois, cette rentrée scolaire intervient  à un moment où le pays est confronté à une crise lié non seulement à la conjoncture économique,  mais aussi  et surtout à la crise qui secoue le système éducatif guinéen.

Comme il fallait s’y attendre, de Conakry à l’intérieur du pays, les cours n’ont pas repris dans les établissements d’enseignement pré-universitaire  mercredi.

Dans la plus part des écoles,  contrairement aux enseignants, les élèves eux n’ont pas répondus présents dans les classes.

Au lycée Léopold Sedar Senghor de yimbaya dans la commune de matoto,  que nous avons visité aux environs de 8 heures,  à la demande de la direction,  18 enseignants sur 23 étaient présents pour débuter les cours, mais seul un élève de la terminale y était.

Même constat dans le lycée Kipé  dans la commune de ratoma. Là,  sur deux mille (2000) élèves cinq seulement ont répondu présents nous a confié  un responsable de cette école.

Dans certains établissements publics que nous avons sillonné, des responsables n’ont pas voulu répondre à nos questions.

Hors micro, ces responsables ont  expliqué  que cette situation s’explique par conjoncture économique que traverse la guinée.

Cette situation inquiète les parents d’élèves qui invitent le gouvernement-syndicat à s’entendre pour permettre aux enfants à reprendre le chemin de l’école.

Pourtant, les négociations qui devraient reprendre ce mercredi entre le gouvernement et le syndicat à la bourse de travail  n’a pas pu avoir lieu. La partie gouvernementale a brillé à cette rencontre par son absence.

À signaler que dans la journée,  une manifestation  des jeunes en colère qui réclament la reprise des cours dans les écoles  a été signalée à sonfonia un quartier de la haute banlieue de Conakry dans la commune de ratoma.

 

 

 

Amadou Diouldé Diallo pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82