L’OMS ne soutient pas les interdictions de voyager ou de commercer avec la Chine

Dans la soirée du 30 janvier, heure locale, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a tenu une conférence de presse à Genève, déclarant la pneumonie à nouveau coronavirus une urgence de santé publique de portée internationale. Néanmoins, il a également souligné que l’OMS ne soutient pas et même s’oppose à l’interdiction de voyager ou de commercer avec la Chine.

Afin de coordonner l’identification de l’épidémie de pneumonie à nouveau coronavirus en tant qu’urgence de santé publique de portée internationale, l’OMS a émis 7 recommandations. Dont Dr Tedros a particulièrement souligné qu’« il n’y a aucune raison de prendre des mesures inutiles pouvant interférer avec les voyages et le commerce internationaux. L’OMS ne recommande pas de restreindre le commerce et la circulation des personnes ». L’OMS appelle tous les pays à mettre en œuvre des décisions cohérentes fondées sur des preuves.

Sur le fait de « ne pas recommander de restrictions au commerce et aux mouvements de personnes », Didier Houssin, président du comité d’urgence de l’OMS, a expliqué que « l’OMS ne recommande pas des mesures telles que le refus de délivrer des visas, la fermeture des frontières et la restriction des voyages des personnes en bonne santé. Toutes les mesures pertinentes doivent être fondées sur la science et l’OMS demande que les pays et régions concernés reconsidèrent ces restrictions ».

Dr Tedros a déclaré avoir noté que certaines compagnies aériennes avaient pris des mesures telles que la suspension temporaire de certains vols directs, disant que « ce n’est pas la politique recommandée par l’OMS. Après le déclenchement de l’épidémie, le nombre de passagers sur certaines lignes a considérablement diminué, et des compagnies aériennes ont pu prendre de telles mesures pour des considérations commerciales ».

Dans une interview avec le Quotidien du Peuple, le porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé a réitéré : « Sur la base des informations existantes, l’OMS ne recommande aucune mesure pour restreindre le commerce et les flux de personnel, et encourage les pays et régions concernés à faire du bon travail en matière de santé et de prévention des épidémies conformément aux règlements sanitaires internationaux ».

Mark van Lanster, doyen de l’école de microbiologie, d’immunologie et de transplantation d’organes de l’Université de Louvain, dans la région néerlandophone de Belgique, est depuis longtemps à la tête du groupe de coordination pour le secteur intersectoriel de gestion des épidémies en Belgique. À l’heure actuelle, son équipe mène des recherches sur le nouveau coronavirus. « Après avoir répertorié l’infection de pneumonie à nouveau coronavirus d’urgence de santé publique de portée internationale, l’OMS sera en mesure de coordonner et d’organiser davantage d’assistance internationale pour lutter conjointement contre l’épidémie, comme l’envoi de groupes d’experts médicaux internationaux et la collecte de plus de matériel médical en consultation avec Chine », a déclaré M. van Lanster au Quotidien du Peuple.

Le porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que le groupe international d’experts se rendrait en Chine dès que possible pour travailler avec leurs homologues chinois afin de mener des recherches plus pertinentes sur la transmission et l’épidémie de virus.

« La déclaration de l’OMS est une pratique courante de qui se fonde sur la propagation de l’épidémie », a souligné M. van Lanster. Du point de vue de la prévention et de la lutte contre les épidémies, cela contribuera à sensibiliser le gouvernement, le public et les personnes concernées, et fournira les conditions nécessaires à l’élimination de l’épidémie ».

 

« En 2009, l’épidémie de grippe A (H1N1) aux États-Unis était essentiellement une urgence de santé publique de portée internationale », a-t-il rappelé. En 2016, l’OMS a également déclaré l’épidémie de virus Zika au Brésil comme une urgence de santé publique de portée internationale, mais le Brésil a quand même organisé les Jeux olympiques cette année-là. Lorsque l’été est arrivé, l’épidémie au Brésil avait été considérablement atténuée. On peut penser que l’infection de pneumonie à nouveau coronavirus sera bientôt contenue ».

Lors de la conférence de presse, le Dr Tedros a une fois de plus hautement apprécié les efforts de la Chine dans la lutte contre l’épidémie et a exprimé sa confiance dans le succès de la Chine dans sa lutte contre le virus.

Dr Tedros a salué les efforts de la Chine pour lutter contre l’épidémie et a estimé que les actions de la Chine donnaient l’exemple à la communauté internationale et contribueraient grandement à contenir la propagation de l’épidémie en dehors de la Chine. « Sans les efforts du gouvernement chinois et les progrès qu’il a accomplis dans la protection de son peuple et de la population du monde, nous aurions peut-être vu plus de cas ou même plus de décès en dehors de la Chine à ce jour. La Chine a toujours adhéré au principe d’ouverture et de transparence, a publié des informations en temps opportun, a rapidement identifié des virus et partagé des séquences de gènes, et a pris des mesures décisives et puissantes pour contrôler la propagation de l’épidémie. Il n’est pas exagéré de dire que de nombreuses mesures de la Chine sont en train de devenir un nouveau modèle en termes de réponse à une épidémie ».

 

 

Par Zhang Penghui, journaliste au Quotidien du Peuple