Éducation : le SLECG donne un ultimatum au gouvernement guinéen !

299

Pour Mohamed  Bangoura, passé le délai du 31 juin prochain, si rien n’est fait, le SLECG dirigé par Aboubacar Soumah usera de tous ses moyens légaux pour se faire entendre. Le SLECG exige la lumière sur le cas de violence dont  ont été victimes les responsables de la structure à la tête son secrétaire général, lors de la célébration de la fête internationale du travail au palais du peuple.

« Nous demandons à ce que la lumière soit faite pour savoir qui sont les commanditaire de cette violence perpétrée sur Aboubacar Soumah et certains responsables du SLECG. » réagit-il

« La fête c’est pour tous les travailleurs de la Guinée. Mais si des personnes se sont attaquées en nous, nous estimons que le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour mettre main sur eux. » Ajoute-t-il

« Nous donnons au gouvernement jusqu’au 30 juin prochain, si rien n’est fait, nous passerons par tous les moyens légaux à notre disposition pour obtenir quelque chose. » menace le responsable de communication du SLECG

Face à cette situation, le gouvernement guinéen doit vite agir pour éviter à la Guinée des nouvelles crises dans le secteur de l’éducation surtout que nous sommes à quelques jours de la tenue des examens nationaux.

 

 

 

Amadou Diouldé Diallo pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82