Défense : Le bilan des grands événements militaires de 2017 !

1138

Dans quelques heures le monde entier dira au revoir à l’année 2017, pour commencer la nouvelle année 2018. Ainsi, pour mieux servir nos lecteurs potentiels, nous leur proposons une rétrospective générale des grands évènements militaires ayant marqués l’année 2017. En effet, de l’Asie en Afrique, en passant par l’Amérique et l’Europe, le secteur de la défense militaire a largement été à la une de l’actualité au cours de cette année qui s’écoule. Certains de ces évènements ont même failli basculer en conflit majeur entre les grandes puissances mondiales, d’autant plus que les tensions étaient à un niveau sans précèdent.

 

Mais toutefois, ces tensions assez fortes et inquiétantes ont été remarquées essentiellement en Asie et en Afrique. D’un côté entre les grandes puissances et de l’autre entre forces gouvernementales et groupes terroristes lourdement armés.

DU CONFLIT SYRIEN !

En effet, depuis 2011 ce pays du moyen orient reste secoué par l’un de conflit armé le plus sanglant du 21e siècle. Mais cependant, l’année 2017 a été marquée par d’importants bouleversements sur le terrain.

Car en effet, les forces aériennes Russes ont infligé des revers sans précèdent à Daesh qui contrôlait presque toutes les grandes agglomérations du pays. Mais l’intensification des frappes par l’aviation Russe a permis au régime d’El-Assad de reprendre les grandes villes du pays.

Notamment la cité historique de Palmyre, la deuxième ville du pays Alep, les provinces d’Idlib, de Raqqa et de Deir Ar-Zor. Cette victoire militaire du régime de Damas obtenue grâce à l’appui sans faille de son allié Russe a sérieusement changé l’orientation du conflit.

Car le rapport de force a fini par basculer en faveur du régime de Bachar El-Assad. Et ce, à la grande déception de l’occident qui réclamait haut et fort le départ du président Syrien, qui n’était plus un interlocutoire valable à ses yeux.

Mais toujours est-il que, l’arrivée de Donald Trump à la maison blanche a failli occasionner un conflit direct sur le terrain entre forces armées Américaines et Russes.

Cette éventualité dangereuse a été évitée de justesse, après le tir de 59 missiles Américains sur une base de l’armée Syrienne le 7 Avril 2017.

DE LA LIBÉRATION DE MOSSOUL !

Tombée dans les mains de Daesh en 2014, la deuxième ville d’Irak, Mossoul a été libérée en 2017 après plusieurs mois d’offensives de l’armée Irakienne.

Celle-ci a été largement appuyée dans cette bataille par les forces de la coalition internationale pilotée par les Etats unis. Mais toutefois, malgré les pertes humaines et matérielles, le gouvernement Irakien a fini par reprendre le contrôle total de la ville.

En infligeant ainsi une défaite historique aux combattants de Daesh, qui, pendant 5 ans ont semé le chaos et la terreur dans la région.

DE LA PÉNINSULE CORÉENNE !

Devenue zone de tension depuis longtemps, cette partie du continent Asiatique a fait la une de l’actualité internationale en 2017. Car en effet, la question du programme nucléaire Nord-Coréen a connu un développement accéléré au cours de cette année. Tout est parti suite au premier tir d’un missile balistique intercontinental par Pyongyang en Juillet dernier.

Cet engin ICBM d’une portée de 10.000 km a irrité la colère de Trump, car le territoire Américain semble être maintenant à la portée de Pyongyang en cas de conflit entre les deux pays. Et ce n’est pas du tout, les menaces de Washington et les sanctions des Nations unies ont fortement radicalisé le régime de Kim Jung-un, qui a procédé par la suite à un sixième essai nucléaire avec une bonne H, ainsi qu’à des tirs des missiles balistiques intercontinentaux au-dessus du Japon.

Mais toujours est-il que, la multiplication de ces actions militaires par Pyongyang a dangereusement aggravé l’escalade dans la région. D’autant plus que Washington de son côté a intensifié ses manœuvres militaires dans la péninsule avec ses alliés Japonais et Sud-Coréens.

Toute chose qui a également irrité la colère de Pékin, qui semble être prêt à défendre son allié Nord-Coréen à tout prix.

DES MANŒUVRES RUSSO-CHINOISES !

Devenues des véritables alliés ces derniers temps, la Russie et la Chine ont organisé d’importants exercices conjoints en 2017. L’une de plus importante manœuvre entre les forces armées de deux pays a eu lieu en Juillet 2017 sous le nom de « Joint Sea 2017 » en mer Baltique.

Une zone qui fait objet de plusieurs tensions entre la Russie et l’Otan. Beaucoup d’autres manœuvres ont eu lieu également entre les deux pays, en mer de Chine Orientale et Méridionale, mais également dans la péninsule Coréenne en réponse aux manœuvres Américaines dans la région.

Ainsi, ces manœuvres d’une portée considérable ont connu la participation des milliers de soldats et des matériels de guerre, tel que des avions de chasse des hélicoptères ainsi que des navires sophistiques.

DES MANŒUVRES RUSSO ET BIOLORUSSE !

Organisées sous le nom de « Zap 2017 » aux portes de l’Europe Orientale. Ces manœuvres de plusieurs jours entre les forces armées Russes et Biélorusses ont été vues du côté de l’occident comme une réponse à l’intensification des activités de l’Otan dans les pays baltes.

Car en effet, la Russie avait à plusieurs reprises menacées de répondre au renforcement de la présence de l’Otan dans cette partie de l’Europe qui fait frontière avec la Russie. C’est ainsi, sous les yeux de l’Otan, des milliers de soldats Russes et Biélorusses, accompagnés par d’importants matériels de guerre ont défilé dans cette zone frontalière entre la Russie et l’Europe.

Toute chose qui a exacerbé de plus les tensions entre les deux parties, qui s’accusaient mutuellement sur le caractère agressif des actions de part et d’autre. En outre, les pays baltes ont exprimé ouvertement leurs inquiétudes, quant à une éventuelle invasion Russe comme ça été le cas de 2008 en Géorgie et 2014 en Ukraine.

 LA FRANCE ET LA QUESTION DU BUDGET DE L’ARMÉE !

Justement l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron a ouvert la voie à une largement polémique au sein de l’armée Française. En effet, tout est parti suite à la décision de Macron de réduire le budget de l’Armée Française à hauteur de 850 millions d’euros, pour passer ainsi de 34 milliards d’euros à 32,7 milliards en 2017.

Mais toutefois, il n’en fallait pas mieux pour Macron d’irriter la colère du chef d’Etat-major des armées, qui n’a pas tardé de présenter sa démission. Car estimant que cette réduction est une menace pour l’armée qui est présente dans beaucoup de conflits en Afrique et au Moyen orient.

DES CONTRATS D’ARMEMENTS DE L’ANNÉE !

Très nombreux, mais les plus importants ont été enregistrés entre les grandes puissances et certains pays émergents. C’est le cas par exemple du gros contrat passé entre la Turquie et la Russie portant sur la livraison à Ankara des missiles Russes S-400 à hauteur de 2,9 milliards milliards d’euros.

Même chose entre Riyad et Moscou, qui ont signé un gros contrat d’armement pour l’acquisition par Riyad des systèmes S-400 Russes, ainsi que d’autres matériels de guerre. Une information révélée par les médias Russes au lendemain de la visite du Roi Salman à Moscou.

C’est ainsi, vu la situation géopolitique actuelle marquée par des tensions entre l’occident et l’orient, beaucoup d’observateurs se sont interrogés sur ces deux contrats qui ont largement fait la une de l’actualité de la défense militaire à travers le monde.

Mais sans oublier également d’autres contrats importants passés entre Paris et le Qatar, portant sur la livraison à Doha de 12 avions Rafale et 50 Airbus A321 pour un montant total de 11 milliards d’euros.

Par ailleurs, l’autre contrat militaire majeur de l’année 2017 a été conclu entre le Soudan et la Russie. Ainsi, lors de la visite du président Oumar El-Bachir à Moscou, les deux pays ont signé un accord portant sur l’acquisition par Khartoum des chasseurs Soukhoi Su-24 et Su-30. Et ce, pour renforcer l’efficacité de ses forces aériennes face aux défis sécuritaires qui menacent le pays, dans cette région assez instable ces derniers temps.

DE L’AFRIQUE ET LA MISE EN PLACE DE LA FORCE G-5 SAHEL !

L’opérationnalisation de cette force de 5000 hommes, composée du Mali, du Burkina Faso, du Niger, de la Mauritanie et du Tchad reste sans doute l’évènement militaire le plus marquant en Afrique au compte de l’année 2017.

Ainsi, la mise en opération de cette force pour lutter contre le terrorisme dans la sous-région a été rendue possible grâce à la contribution financière de certains pays. Tels que l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes unis qui ont débloqué plus de 130 millions d’euros, mais également de la France et des Etats unis.

Toute chose qui facilitera les opérations de cette force, dans la lutte contre le terrorisme qui sévit dans la région. Notamment entre le Mali, le Niger, le Nigeria, la Mauritanie et le Tchad. En outre, cette force va éventuellement réduire les charges pour la force Française Barkhane, qui, depuis 2014 opère dans la région, entre le Tchad, le Niger et le Mali.

Voilà en quelque sorte les grands événements militaires qui ont caractérisé l’année 2017.

 

 

 

 

Mamadou Moussa Diallo pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82