Défense: La Corée du Nord montre encore ses muscles…

Malgré les protestations de la communauté internationale, malgré les menaces réitérées par les Etats unis, et surtout malgré les multiples sanctions internationales décrétées par les Nations unies, rien ne semble arrêter le régime Nord-Coréen.

 

En effet, contre toute attente et à la grande surprise du monde entier, La Corée du Nord a procédé ce dimanche 14 mai 2017, vers 21h 30 heure de Paris, à un tir de missile balistique de longue portée depuis la base militaire de Kusong, située au Nord de la capitale Pyongyan.

Ainsi, selon l’agence Sud-Coréenne d’informations, le missile a parcouru plus de 700 Km avant de s’écraser dans la mer du Japon.

Toute chose qui n’a pas manqué d’irriter la colère des Etats unis et de leurs alliés de la région.

« La Corée du Sud et les Etats-Unis sont en train de procéder à des analyses pour avoir plus d’informations sur ce missile », a déclaré un haut responsable de l’armée Sud-Coréenne.

De son côté, le commandement militaire Américain dans la région a tout d’abord confirmé le tir, avant de préciser que ce missile ne ressemble pas à un missile intercontinental.

Toutefois, comme il fallait s’y attendre, le Japon n’a pas tardé de crier à une menace grave pour sa sécurité, tout en soutenant que ce tir est inacceptable.

Tels ont été en quelques sortes les propos du premier ministre Japonais Shinzo Abe. Face à cette montée de l’escalade militaire dans la région, les yeux restent braqués maintenant sur la Chine, qui est le plus grand allié de la Corée du Nord.

Mais comme par le passé, le gouvernement Chinois s’est strictement limité sur des déclarations à caractères diplomatique pour rappeler son allié à l’ordre.

« La Chine s’oppose aux violations par la Corée du Nord des résolutions du Conseil de sécurité ».

Comme pour dire que la Chine n’est toujours pas prête à lâcher son allié traditionnel, malgré la montée des tensions diplomatiques avec les Etats unis. Une telle idée n’est pas partagée par Donald Trump, qui a réitéré ce dimanche 14 Mai 2017 sa position pour des sanctions fortes contre la Corée du Nord.

« Que cette nouvelle provocation soit un appel à toutes les nations pour  mettre en œuvre des sanctions bien plus fortes contre la Corée du Nord », rapporte un communiqué de la Maison Blanche.

Alors comment sera la position du nouveau dirigeant de la Corée du Sud vis à vis de la Corée du Nord ? Difficile pour l’instant de deviner, mais face à une telle situation, l’on peut tout de même prédire qu’un rétablissement des relations diplomatiques entre ces deux pays ne sera pas du tout facile, même si le nouveau président Sud-Coréen a affiché tout récemment sa volonté de se rendre chez son voisin, en vue d’apaiser les tensions entre ces deux nations.

A quel jeu joue réellement la Corée du Nord ?

Une telle question a bien sa raison d’être, dans la mesure où ce pays s’est toujours appuyé sur ses muscles pour se faire voir à travers le monde.

Toute chose qui ressemble à une politique d’intimidation vis à vis de ses voisins qui bénéficient d’une protection des Etats unis.

Une telle hypothèse semble bien se concrétiser, car la Corée du Nord semble bien comprendre que son indépendance dans la région passe forcément par cette stratégie, face à la menace Américaine qui s’intensifie du jour au lendemain dans la région.

Alors quand sera-t-il d’une éventuelle rencontre entre Donald Trump et King jon gun ?

Le moins que l’on puisse dire, cette rencontre sollicitée par le président Américain ne sera pas pour demain.

L’on peut même se demander si elle aura lieu un jour. Affaire à suivre…

 

 

 

 

Mamadou Moussa Diallo pour Journal Guinée

00 224 621 50 15 82