Après une longue grève: des enseignants s’en mordent les doigts

Après un peu plus de deux semaines de grève, lancée par l’intersyndicale de l’éducation FSPE/SLECG, des accords sont en fin trouvés. Et des enseignants mal à l’aise sont nombreux.

Car, si le gouvernement acceptait les points de revendication égrenés par les syndicalistes, notamment, le maintien de l’indice salarial à 1030, ils allaient se frotter les mains. Malheureusement, après ces accords, des enseignants s’en mordent les doigts et voient leur rêve s’envoler pour l’heure.

Il faut le dire, beaucoup d’entre eux avaient pris des calculettes pour prévoir leurs éventuels salaires, et ce, en cas si le point concernant la grille salariale était acquis par les grévistes. A les en croire, certains pouvaient voir leurs salaires se gonfler jusqu’à 5 à 8 millions voire plus.

Et vu le poids que cela pourrait affecter la caisse de l’Etat, cette question d’indice salarial est ramenée jusqu’au mois de septembre prochain et une étude approfondie sera faite par un comité qui sera mis en place.

Mais, on peut lire une désillusion sur les visages de certains enseignants qui espéraient une suite favorable avec cette grève. C’est le cas de M. Diallo, enseignant à la fonction publique. Pour lui, sa prévision avec cette nouvelle grille salariale, il allait tout simplement se retrouver avec 4.000.000fg au moins.

« Je suis déçu de ces accords signés entre les syndicalistes et le gouvernement. Sans quoi, la grille salariale était le point nodal de ce mot d’ordre de grève. Et avec ce nouvel indice salarial, les enseignants allaient être bien traités en Guinée. Parce que, selon nos calculs, certains enseignants pouvaient se retrouver jusqu’à 8millions, voire plus, notamment ceux qui ont atteint le plafond comme on le dit. Mais, il faut que nous prenions encore notre mal en patience. En tout cas, un accord sur ce point crucial était le rêve de tous les enseignants,» dit-t-il, visiblement très déçu.

Quant à M. Camara, enseignant au compte de l’Etat, dit tout simplement que les syndicats ont été des espoirs ratés. Car, estime-t-il qu’ils (les enseignants) se voyaient dans le beurre, si les syndicalistes partaient jusqu’au bout de leur revendication. « Être bien payé, est le rêve de tout fonctionnaire. Et avec cette nouvelle grille salariale, si on l’applique, les enseignants vont tout simplement se frotter les mains. Malheureusement, les syndicalistes que nous avions mandatés n’ont pas été des vrais espoirs. C’est pourquoi, nous sommes plongés dans cette désillusion actuellement. Donc, tous les calculs que nous avions avancés avec espoir, il faut le dire sont faussé. Et c’est encore dommage, si l’espoir cède la place au désespoir. Il faut le dire sans ambages que les syndicalistes ont été des espoirs ratés ! » A-t-il fustigé, apparemment très remonté.

En tout cas, selon bon nombre d’observateurs, la grève a été plus nuisible que profitable pour les guinéens. Et ce, vu les conséquences néfastes enregistrées sur le terrain : trois semaines de cours perdus passant par des morts d’hommes y compris des blessés et autres dégâts matériels comparativement aux acquis.

Diongassy Bah pour Journal Guinée